Portrait de Nathalie Zaltzman

Portraits de Psychanalystes

Ce portrait de Nathalie Zaltzman fait parti d'une série d'une cinquantaine de portraits de psychanalystes qui marque le début de mon travail de photographe à la chambre grand format. Chaque psychanalyste a été photographié chez lui, sauf exception.
Tous ont accepté de faire partie de ce même projet, malgré des appartenances institutionnelles et des pratiques de soins différentes. Je leur ai ensuite leur demandé de réagir en quelques lignes sur leur propre image.
Une sélection de seize portraits et textes a été publiée dans la revue La Chambre en 1997.


Seul mon goût pour les photographies que je connaissais de Mélanie m'a fait franchir l'horreur, banale, d'être prise en photo.
Il faut croire que le rendez-vous était d'importance: du fond de l'enfance m'est revenu un mot de passe paternel - deux en fait, pour se moquer de l'humeur rebelle enfantine et toujours actuelle:

Quand il faut y aller, il faut y aller
Dit le perroquet quand le chat le saisi par la queue

L'autre formule d'encouragement était une complicité d'autant plus exclusive qu'elle jouait sur la prononciation odessite de la classique injonction du photographe:

Regardez - Souriez - Ne bougez pas - Raté.

Au fond d'un couloir, une porte s'ouvre, une autre se ferme...

Nathalie Zaltzman

Nathalie Zaltzman

Paris, 25 juin 1995.

Série : Psychanalystes

Référence : PSZAN001

* Cette image est protégée par le code de la propriété intellectuelle.
   Toute utilisation doit faire l’objet d’une demande au près de la photographe.